Navigation

Qu’est-ce que la violence conjugale?

La violence conjugale ne se limite pas aux coups et aux blessures. Elle peut être verbale, psychologique, physique, économique, sexuelle.  La violence conjugale est un rapport de domination dans lequel, l'agresseur a instauré un rapport de force en sa faveur, en créant un climat de contrôle, de peur et d'inconfort.  La victime vit en alternance dans la crainte, les doutes et l'espoir.

La violence conjugale n'est pas une perte de contrôle, mais la prise de contrôle de l'agresseur sur sa victime et elle est intentionnelle.  

Reconnaître la violence conjugale

La violence conjugale peut prendre plusieurs formes :

  • verbale (insultes, menaces)
  • psychologique (comportements méprisants, chantage émotif , dénigrement des opinions de la victime, des ses valeurs, des ses actions, des ses amis, de sa famille, de son emploi. L'agresseur ignore les désires et les besoins de sa victime et ceux de ses enfants. Il est jaloux, contrôlant, il responsabilise sa victime pour des faits et des situations sur lesquelles elle n'a aucun pouvoir.)
  • physique (coups et bousculades,  lancement des objets, maltraitance des animaux, empêcher la victime de dormir ou de se nourrir convenablement, la prive des médicaments et des soins médicaux)
  • économique (privation et/ou contrôle économique, appropriation d'argent et des biens de la victime, empêcher la victime de travailler ou de garder un emploi, la forcer à s'endetter)
  • sexuelle (imposer des actes sexuels non désirés, ridiculiser la morphologie de la victime, la comparer à d'autres personnes.)

Le plus souvent, les différentes formes de violence coexistent  et s'entremêlent dans une relation ou l'une précède l'autre.

Les formes de violence conjugales ci-haut mentionnées  sont certaines parmi les plus fréquentes. Il y en a bien d'autres, parfois très subtiles et insidieuses, qui placent la victime dans une position de doute et d'impuissance. Ne restez pas isolées contactez-nous

Briser le silence et parler de ce que vous vivez. Il n'y a aucune excuse à cette violence et vous pouvez changer votre vie. 

Le cycle de la violence 

  • Tension : Il s'agit de la première phase, celle où la victime ressent de l'insécurité  pour s'exprimer, agir, donner son opinion, car elle craint la réaction de l'autre personne. 
  • Agression : Lors de cette phase,  l'agression peut survenir sous différentes formes: physique, psychologique, verbale,  sexuelle, économique. L'agresseur passe à l'acte. La victime peut alors se sentir en colère ou encore avoir honte et se sentir coupable.
  • Justification : Dans cette phase, l'agresseur tente de trouver des excuses ou encore d'expliquer pourquoi il a agit de cette façon. Il rejette souvent la faute sur sa victime, de sorte qu'elle se croit responsable et coupable de la situation.
  • Lune de miel ou réconciliation : Cette phase est celle où l'agresseur fait tout pour se faire pardonner. Il peut offrir des cadeaux, s'excuser, aller chercher de l'aide, etc. C'est à ce moment que la victime reprend espoir envers son conjoint.

                                                                           

Les conséquences de la violence chez les femmes

 La violence conjugale a un grand impact sur la santé psychologique et physique des femmes. Voici comment cela peut se manifester:

  • Perte de confiance en soit;
  • Perte d'appétit et/ou de sommeil;
  • Consommation excessive d'alcool, médicaments, substances, drogues;
  • Anxiété;
  • Dépression;
  • Sentiment de honte, de culpabilité;
  • Isolement social;
  • Idées suicidaires;
  • Blessures physiques;

Les conséquences de la violence chez les enfants

Les enfants qui sont exposés à la violence conjugale sont aussi victimes de cette violence.

  • Difficulté dans les relations sociales;
  • Agitation;
  • Agressivité;
  • Impulsivité;
  • Trouble de l'opposition;
  • Difficultés scolaires;

La violence post-séparation

La violence ne fini pas toujours avec la séparation. 

Si l'ex-conjoint :

  • continue à épier, à surveiller son ex-conjointe;
  • continue à harceler son ex-conjointe au téléphone, par texto, par courrielles ou aux médias sociaux;
  • se présent  fréquemment  et subitement chez-elle ou à son lieux de travail;
  • l'amène sans cesse devants les tribunaux, il conteste systématiquement toutes les décisions de la Cour, envoie des mises en demeure  (harcèlement juridique);
  • menace d'enlever les enfants ou il passe à l'acte;
  • ne respecte pas les consignes des tribunaux, quant aux heures des échanges des enfants, aux périodes de gardes etc; 
  • il menace son ex-conjointe, sa famille, ses amis et il passe aux actes;
  • détruit les biens de son ex-conjointe 

Son ex-conjointe  est victime de violence post-séparation.

Les effets de la violence post-séparation sont aussi néfastes sur la femme et  sur ses enfants que la violence conjugale. 

Nous pouvons  l'aider ou la référer.

La violence conjugale n’est pas toujours visible

Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale a mit en ligne site Internet présentant plusieurs capsules vidéo pour que les femmes et leurs proches sachent qu’ils ou elles peuvent recevoir de l’aide adaptée à leurs besoins en situation de violence conjugale. Nous vous invitons à consulter ces vidéos en vous rendant sur le site dédié: contrelaviolenceconjugale.ca.